[Date Prev][Date Next][Date Index]

GLIN==> IJC recommends comprehensive measures to governments -- La Commission mixte internationale recommande aux gouvernements des mesures exhaustives pour protéger les eaux du bassin des Grands Lacs



MEDIA RELEASE

For Release: March 15, 2000

IJC recommends comprehensive measures to governments
for protecting waters of Great Lakes Basin

The International Joint Commission (IJC) today released a report that
provides a blueprint for protecting the waters of the world's largest
freshwater ecosystem, the Great Lakes Basin, from the potential impacts of
water removals and consumptive uses.

In its Final Report on Protection of the Waters of the Great Lakes, the IJC
recommends that Canadian and U.S. federal, provincial and state governments
should not permit the removal of water from the Great Lakes Basin unless the
proponent can demonstrate that the removal will not endanger the integrity
of the Great Lakes ecosystem.

The proponent would also have to demonstrate that there are no practical
alternatives to the removal, sound planning has been applied in the
proposal, the cumulative impacts of the removal have been considered,
conservation practices have been implemented, the removal results in no net
loss of waters to the area from which it is taken (and, in any event, no
greater than a five percent loss in the process, the current average loss
within the Great Lakes Basin) and that all waters are returned in a
condition that protects the quality of and prevents the introduction of
alien invasive species into the waters of the Great Lakes Basin.

The report also recommends that, in order to avoid endangering the integrity
of the Great Lakes Basin ecosystem, the governments should not approve any
proposal for a major new or increased consumptive use of water from the
Great Lakes Basin unless full consideration has been given to its potential
cumulative impacts, and unless effective conservation practices are
implemented, sound planning practices applied, and that all waters returned
meet the objectives of the Great Lakes Water Quality Agreement. Moreover,
the report recommends that governments apply a number of specific
conservation measures to significantly improve efficiencies in the use of
water in the Great Lakes Basin, including the setting of water prices at a
level that encourages conservation.

Because there is uncertainty about the availability of Great Lakes water to
meet all ecosystem needs, including human needs, over the long term, the
report concludes that water should be managed with caution to protect the
resource for the future. It also concludes that international trade law
obligations, including the provisions of the North American Free Trade
Agreement (NAFTA) and the General Agreement on Tariffs and Trade (GATT), do
not prevent Canada and the United States from taking measures to protect
their water resources and preserving the integrity of the Great Lakes basin
ecosystem so long as there is no discrimination against individuals from
other countries in the application of those measures.
On the basis of its findings, the IJC also recommends that federal,
provincial and state governments should move quickly to remedy deficiencies
in water use data; implement long-term comprehensive monitoring programs to
detect threats to ecosystem integrity; conduct more extensive studies of the
role of groundwater in the Great Lakes Basin; and undertake research on the
individual and cumulative impacts of water withdrawals.

The report recommends that governments use and build on existing
institutions to implement the IJC's recommendations and that governments
should develop standards and procedures for removals and major new or
increased consumptive uses. Federal, state and provincial governments should
not authorize or permit any new removals, and should exercise caution with
respect to major new or increased consumptive use, until these standards
have been promulgated or until 24 months have passed, whichever comes first.
States and provinces should also build on the Great Lakes Charter by
developing a broader range of consultation procedures than currently exist.

As requested in the Reference from governments, the report proposes a plan
of work to better understand the implications of water consumption,
diversions and removals along the rest of the boundary beyond the Great
Lakes Basin, focusing on priority issues where the IJC can contribute
binational experience and resources.

The Final Report responds to the request made by the governments of Canada
and the United States in their February 10, 1999 Water Uses Reference for
recommendations for the protection of the Great Lakes. The IJC previously
issued an Interim Report under this Reference on August 18, 1999. Since
issuing its Interim Report, the IJC has obtained additional information from
a variety of sources, including 12 public hearings. The IJC has also
consulted government officials and experts on climate change, cumulative
impacts, and international trade and water law.

For more information, including the IJC's Final Report on Protection of the
Waters of the Great Lakes, visit www.ijc.org on the World Wide Web. Copies
of the Final Report are also available upon request at the addresses below:

Secretary, Canadian Section				
100 Metcalfe Street, 18th Floor			
Ottawa, Ontario K1P 5M1				
Fax	613.993.5583					
Email	Commission@ottawa.ijc.org <mailto:Commission@ottawa.ijc.org> 

Secretary, United States Section
1250 23rd Street NW, Suite 100
Washington, DC 20440
Fax	202.736.9015
Email	Commission@washington.ijc.org <mailto:Commission@washington.ijc.org>


The International Joint Commission is a binational Canada-U.S. organization
established by the Boundary Waters Treaty of 1909. It assists the
governments in managing waters along the border for the benefit of both
countries in a variety of ways including examining issues referred to it by
the two federal governments.

Contacts:
Washington, D.C. 	Frank Bevacqua	202.736.9024
Ottawa, ON 		Fabien Lengellé	613.995.0088

COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Diffusion : Le 15 mars 2000


La Commission mixte internationale recommande aux gouvernements des mesures
exhaustives pour protéger les eaux du bassin des Grands Lacs

La Commission mixte internationale (CMI) a publié aujourd'hui un rapport qui
fournit un cadre d'action pour la protection des eaux du plus grand
écosystème d'eau douce du monde, le bassin des Grands Lacs. Le rapport
aborde entre autres les effets possibles du prélèvement et des activités de
consommation d'eau.

Dans le Rapport final sur la protection des eaux des Grands Lacs, la
Commission recommande aux gouvernements fédéraux, provinciaux et des États
du Canada et des États-Unis de ne pas autoriser le prélèvement d'eau dans le
bassin des Grands Lacs, à moins que les promoteurs puissent démontrer qu'ils
ne menacent aucunement l'intégrité de l'écosystème.

Selon les recommandations de la CMI, les promoteurs devront également
démontrer qu'il n'y a pas d'autre alternative au prélèvement proposé, que le
projet a fait l'objet d'une saine planification, que tous les impacts
cumulatifs ont été considérés, que la conservation de la ressource est une
priorité et que le bassin des Grands Lacs ne souffrirait d'aucune perte
nette en eau (ou une perte d'au maximum 5% de la totalité de l'eau prélevée,
ce qui correspond au taux de perte moyen actuellement recensé dans le bassin
des Grands Lacs.) De plus, les eaux retournées dans le bassin devront être
de même qualité que les eaux prélevées et devront être retournées de façon à
ne pas risquer l'introduction d'espèces envahissantes dans le bassin des
Grands Lacs.

Par ailleurs, le Rapport recommande que, pour éviter de mettre en danger
l'intégrité de l'écosystème du bassin des Grands Lacs, les gouvernements ne
devraient pas autoriser les projets majeurs de consommation nouvelle ou
accrue d'eau provenant des Grands Lacs, à moins que les effets cumulatifs
éventuels de la consommation proposée aient fait l'objet d'un examen
exhaustif, que des méthodes de conservation efficaces soient mises en place
et que de saines pratiques de planification soient appliquées. Le Rapport
recommande aussi que les gouvernements adoptent des mesures de conservation
précises pour améliorer notablement l'efficience de la consommation d'eau
dans le bassin des Grands Lacs, y compris une tarification de l'eau selon un
barème qui favorisera la conservation.

En raison des incertitudes entourant la disponibilité de l'eau des Grands
Lacs pour répondre à long terme à tous les besoins de l'écosystème, dont
ceux de la population, le Rapport conclut que l'eau doit être gérée avec
prudence afin de préserver la ressource pour l'avenir. Il arrive aussi à la
conclusion que les obligations commerciales internationales, y compris les
dispositions de l'ALENA et du GATT, n'empêchent ni le Canada ni les
États­Unis de prendre des mesures de protection des ressources en eau et de
préservation de l'intégrité de l'écosystème du bassin des Grands Lacs, tant
qu'aucune discrimination envers les habitants d'autres pays n'est causée par
l'application de ces mesures.

D'après ses constats, la CMI recommande également aux gouvernements
fédéraux, provinciaux et des États de rapidement pallier les lacunes en
matière de données sur les utilisations de l'eau, de mettre en oeuvre des
programmes de surveillance à long terme pour déceler les menaces à
l'intégrité de l'écosystème, d'entreprendre une étude approfondie sur le
rôle des eaux souterraines du bassin des Grands Lacs et d'effectuer des
recherches sur les effets individuels et cumulatifs des prélèvements d'eau.

De plus, le Rapport propose aux gouvernements de recourir aux institutions
existantes pour appliquer les recommandations de la CMI. Les gouvernements
devraient définir des normes et des procédures applicables au prélèvement et
aux activités de consommation accrue d'eau. Les gouvernements fédéraux,
provinciaux et des États ne devraient autoriser aucune nouvelle extraction
et devraient faire preuve de prudence concernant toute activité majeure de
consommation nouvelle ou accrue jusqu'à l'entrée en vigueur de ces normes ou
d'ici 24 mois, selon la première de ces éventualités. Les États et les
provinces devraient se référer à la Charte des Grands Lacs pour établir une
gamme de processus de consultation plus vaste que celle qui existe
actuellement.

Comme il a été demandé dans le Renvoi présenté par les gouvernements, le
Rapport propose un plan de travail visant une meilleure compréhension des
implications de la consommation, des dérivations et du prélèvement d'eau
dans la région frontalière au­delà du bassin des Grands Lacs, en accordant
une attention spéciale aux questions prioritaires pour lesquelles
l'expérience et les ressources de la CMI peuvent être mises à contribution.

Le Rapport final répond à la demande de recommandations en matière de
protection des Grands Lacs formulée par les gouvernements du Canada et des
États­Unis dans leur Renvoi sur les utilisations de l'eau datant du 10
février 1999. La CMI a publié un rapport provisoire en réponse au Renvoi le
18 août 1999. Depuis la publication du rapport provisoire, la CMI a obtenu
de nouveaux renseignements grâce à de nombreuses sources, dont 12 audiences
publiques. La CMI a également consulté des représentants et des experts des
gouvernements, spécialisés dans les changements climatiques, les effets
cumulatifs et les droits commerciaux internationaux touchant les eaux.

Pour obtenir des renseignements complémentaires ou consulter le Rapport
final de la Commission mixte internationale sur la protection des eaux des
Grands Lacs, visitez le site  Vous pouvez aussi vous procurez, sur demande,
une copie du Rapport final aux deux adresses suivantes :

Secrétaire, Section canadienne			
100, rue Metcalfe, 18e étage				
Ottawa (Ontario) K1P 5M1				Washington, DC 20440
Fax :	(613) 993-5583				
Courriel : Commission@ottawa.ijc.org <mailto:Commission@ottawa.ijc.org> 
		
Secrétaire, Section américaine
1250 23rd Street NW, Suite 100
Fax :	(202) 736-9015
Courriel : Commission@washington.ijc.org
<mailto:Commission@washington.ijc.org> 

La Commission mixte internationale, organisme binational formé par le Canada
et les États­Unis, a été créée en vertu du Traité des eaux limitrophes de
1909. Elle aide, de diverses façons, les gouvernements à mieux gérer les
eaux frontalières, notamment en examinant les questions soumises par les
deux gouvernements fédéraux.

Personnes-ressources :

Washington, D.C. 	Frank Bevacqua	(202) 736-9024
Ottawa (Ontario)	Fabien Lengellé	(613) 995-0088
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
glin-announce is hosted by the Great Lakes Information Network:
http://www.great-lakes.net
To search the glin-announce archives:
http://www.great-lakes.net/lists/glin-announce/index.html
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *