[Date Prev][Date Next][Date Index]

GLIN==> Study to assess Ontario water supply and demand



Posted on behalf of Paige Gilmore <Paige.Gilmore@ec.gc.ca>

---

Study to assess Ontario water supply and demand



A scientific study has been launched to more accurately determine the source
and abundance of surface and groundwater supplies in the Great Lakes Basin
and assess their vulnerability to growing human water demands and
environmental stress, including the impacts of climate

change.



The project, which will also assess the vulnerability of inland aquatic
ecosystems, is important preparation towards the eventuality - perhaps
within this decade - of increasingly tough choices between competing needs
and uses of water in Ontario.



"This is an unprecedented effort to quantify and analyze at the local
watershed level the source and abundance of Ontario's surface and
underground water resources so that we can track them over time and make
rational choices about meeting future needs," said Wendy Leger, federal
coordinator of the Water Use and Supply project at Environment Canada.
"Given that Canada per capita has 10 times more water than the United States
per capita and 20 times more than Mexico, the reality of finite, and even
scarce, water resources is surprising, particularly to those who live within
the Great Lakes Basin," she added.



The five-year study, to be showcased at the international "Managing Shared
Waters" conference in Hamilton June 23-28, will determine current sources,
available quantities and withdrawals of groundwater, predict future seasonal
water supply and use, and gauge the sensitivities of  watersheds to climate
change and to forecast increases in demand.



"Our large groundwater resource varies greatly across the Basin," said
scientist Andrew Piggott of Environment Canada's National Water Research
Institute. "It meets some 30% of the province's total water needs and
supplies 90% of all water used in rural Ontario. This study will add
significantly to the knowledge we'll need to cope with the twin stresses of
increasing demand

from population and industrial growth and drier conditions predicted due to
climate change."



Among major uses of the research will be the identification of priority
areas for water conservation strategies. It will also assist future federal,
provincial and regional water managers coping with growing competition for
water supplies in the Great Lakes Basin.



Involving more than 20 federal and provincial scientists and managers, the
project helps respond to information gaps identified in recent major reports
by the International Joint Commission, the Environmental Commissioner of
Ontario, the federal Commissioner of Environment and Sustainable Development
and the Walkerton Inquiry.



Major differences exist in the amount of precipitation received annually
across Southwestern Ontario - from approximately 800 mm along the northern
shore of Lake Ontario to almost 1,200 mm along the eastern shore of Lake
Huron - a 50% difference over just 150 km.



The study will detail variations across the province in how much
precipitation received in a given area is retained and recharges the local
groundwater supply and how much runs off directly via lakes and rivers.



Research already completed shows a large portion of the flow in many streams
in southwestern Ontario is from groundwater (the range is 10 to 80%, with an
average estimated at 40%).



In 1998, a particularly dry year in Ontario, conditions were so extreme in
the Hamilton area that the headwaters of some local creeks dried up,
prompting a rescue effort to save some of the several thousand stranded
fish.



Yet not all provincial watersheds were affected to the same extent by
conditions that year, researchers say.



Environment Canada's National Water Research Institute (NWRI) is the
country's foremost freshwater research facility, with centres on the Great
Lakes in Burlington, Ontario and in Saskatoon, Saskatchewan.



The Managing Shared Waters conference is co-organized by Pollution Probe,
the United Nations University's Hamilton-based International Network on
Water, Environment and Health and the Coastal Zone Canada Association.
Environment Canada is one of the main sponsors of this event.



Additional information on the Managing Shared Waters conference:

http://www.pollutionprobe.org/managing.shared.waters/index.htm



Additional information about water: http://www.ec.gc.ca/water



Study members Wendy Leger and Andrew Piggott of Environment Canada are
available for advance interviews Wednesday, June 19 and Thursday, June 20.
They will also take part in a media conference call Thursday, June 20,
1:30pmEDT. To join the call: 1-888-265-0903, followed at the prompt by 1050#



For further information: Project contacts: Wendy Leger, Water Resources
Project Coordinator, Environment Canada - Ontario Region, Boundary Water
Issues Division, Burlington, Ontario, (905) 336-4949; Dr. Andrew Piggott,
Research Scientist, Environment Canada, National Water Research Institute,
Burlington, Ontario, (905) 336-6245




Note d'information sur les Grands Lacs



Une étude pour aider à évaluer la réserve et la demande d'eau en Ontario





Ne pas utiliser avant 13 h 30 H.A.E., le jeudi 20 juin 2002



TORONTO, le 20 juin /CNW/ - Une étude scientifique a été entreprise pour

préciser la source et l'abondance des réserves d'eau de surface et d'eau

souterraine dans le bassin des Grands Lacs et évaluer leur vulnérabilité à
la

hausse de la demande chez la population humaine et au stress environnemental

croissant, y compris l'incidence des changements climatiques.



L'étude, qui évaluera également la vulnérabilité des écosystèmes

aquatiques intérieurs, est une importante étape vers des choix de plus en
plus

difficiles, au cours des dix prochaines années, entre les besoins et

l'utilisation d'eau en Ontario.



"Ce sera un effort sans précédent de quantifier et d'analyser, au niveau

du bassin versant local, la source et l'abondance des eaux souterraines et
de

surface de l'Ontario, afin qu'on puisse suivre ces eaux au fil du temps et

faire des choix avertis pour répondre aux besoins futurs", affirme Wendy

Leger, coordonnatrice fédérale du projet d'usage et de réserve d'eau chez

Environnement Canada. Etant donné que le Canada a dix fois plus d'eau par

habitant que les Etats-Unis et vingt fois plus que le Mexique, "il est

étonnant de constater que nos ressources aquatiques sont limitées ou même

rares, surtout pour ceux qui vivent dans le bassin des Grands Lacs", ajoute

Mme Leger.



L'étude, qui s'étendra sur cinq ans et sera discutée lors de la

conférence internationale sur la gestion des eaux partagées à Hamilton du 23

au 28 juin, précisera les sources actuelles, les quantités disponibles et
les

retraits d'eau souterraine. De plus, elle fera des prévisions quant à la

réserve et à l'usage saisonniers futurs et jaugera la sensibilité des
bassins

versants aux changements climatiques et aux hausses prévues de la demande.



"Notre grande ressource d'eau souterraine varie considérablement d'une

partie du bassin à l'autre", déclare le scientifique Andrew Piggott, de

l'Institut national de recherche sur les eaux (INRE) d'Environnement Canada.

"Elle fournit environ 30 % de l'eau totale requise par l'Ontario et 90 % de

toute l'eau utilisée dans les régions rurales de la province. Cette étude

ajoutera de façon importante aux connaissances qu'il nous faudra pour
relever

deux défis : la hausse de la demande due à la croissance de la population et

des industries, et les conditions plus sèches que les changements
climatiques

devraient produire."



L'étude permettra notamment de relever les régions prioritaires pour les

stratégies de conservation d'eau. En même temps, elle aidera les
gestionnaires

d'eau fédéraux, provinciaux et régionaux à faire front à la concurrence

croissante pour les réserves d'eau du bassin des Grands Lacs à l'avenir.



Faisant appel à plus de vingt chercheurs et gestionnaires fédéraux et

provinciaux, le projet aidera à combler les lacunes relevées dans des
rapports

majeurs publiés récemment par la Commission mixte internationale, le

commissaire à l'environnement de l'Ontario, le commissaire à l'environnement

et au développement durable du Canada et l'enquête sur l'eau contaminée à

Walkerton.



Il y a d'importantes variations entre les niveaux de précipitation d'une

partie du Sud-Ouest de l'Ontario à l'autre. Ainsi, la rive Nord du lac
Ontario

reçoit environ 800 mm de précipitation par année, mais la rive Est du lac

Huron en reçoit près de 1 200 mm - une différence de 50 % à une distance de

seulement 150 km.



Par ailleurs, l'étude fera part des variations quant à la quantité de

précipitation retenue dans une région pour reconstituer la réserve locale

d'eau souterraine, et la quantité qui s'écoule directement par les lacs et
les

rivières. Des recherches ont déjà établi que dans beaucoup de ruisseaux du
Sud-Ouest de l'Ontario, de 10 à 80 % du débit vient d'eaux souterraines (la

moyenne estimée est de 40 %).



En 1998, année particulièrement sèche en Ontario, les conditions étaient

tellement extrêmes dans la région de Hamilton que les eaux d'amont de

certaines criques se sont asséchées, ce qui a nécessité une opération de

sauvetage des milliers de poissons coincés en conséquence. Mais les
chercheurs affirment que ces conditions extrêmes n'ont pas touché tous les
bassins versants de la province cette année-là.



L'INRE est le plus important établissement de recherche sur l'eau douce

du pays. Il a des installations à Saskatoon (Saskatchewan), et sur les
Grands

Lacs, à Burlington (Ontario).



La conférence internationale sur la gestion des eaux partagées (Managing

Shared Waters) est organisée par Pollution Probe, le Réseau international
pour

l'eau, l'environnement et la santé de l'Université des Nations Unies, à

Hamilton, et l'Association Zone côtière Canada. Environnement Canada en est
un parrain principal.



Pour obtenir plus de renseignements sur la conférence Managing Shared

Waters, passez à
http://www.pollutionprobe.org/managing.shared.waters/index.htm



Pour obtenir plus de renseignements sur l'eau, passez à

http://www.ec.gc.ca/water



Les participants à l'étude Wendy Leger et Andrew Piggott (Environnement

Canada) sont disponibles pour des entrevues préliminaires le mercredi 19
juin

et le jeudi 20 juin. Ils participeront également à une téléconférence pour
les

médias le jeudi 20 juin, à 13 h 30 H.A.E. Pour y participer, composez le 1
888

265-0903, et le numéro de sollicitation 1050 (dièse).



Renseignements: Wendy Leger, Coordonnatrice du projet de ressources

aquatiques, Environnement Canada - Région de l'Ontario, Division des
questions

d'eaux limitrophes, Burlington (Ontario), (905) 336-4949; Andrew Piggott,

Chercheur, Institut national de recherche sur les eaux, Environnement
Canada,

Burlington (Ontario), (905) 336-6245

GIF image

Great Lakes Info note (MSW) Final bilingual.doc