[Date Prev][Date Next][Date Index]

GLIN==> Le Groupe d'étude international des Grands Lacs d'amont rend public son rapport d'étape



 

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE                             PERSONNE-RESSOURCE : John Nevin

Le jeudi 1er novembre 2007                                                                            Tél. : 202-256-1368

 

Le Groupe d’étude international des Grands Lacs d’amont rend public son rapport d’étape :

les travaux dans la rivière Sainte-Claire vont bon train

 

[Toronto,Canada] – Le Groupe d’étude international des Grands Lacs d’amont (GEIGLA) a rendu public aujourd’hui son rapport d’étape semestriel qui souligne les nombreux projets de recherche et autres initiatives en cours. Depuis six mois, une équipe binationale de scientifiques participe à cette étude capitale visant à expliquer pourquoi les niveaux des Grands Lacs sont si bas et à déterminer si des modifications physiques de la rivière Sainte-Claire pourraient en être la cause. En définitive, l’étude de 17,5 millions de dollars (14,7 millions de dollars US) permettra d’établir s’il est possible de mieux régulariser les débits du lac Supérieur pour tenir compte des changements climatiques et de l’évolution des intérêts.

 

« La baisse marquée des niveaux d’eau a donné une forte impulsion à l’Étude », a mentionné Gene Stakhiv, coprésident américain du GEIGLA. « Toutefois, il est primordial que le Groupe d’étude réalise une analyse scientifique approfondie de tous les facteurs clés avant d’examiner des mesures correctrices qui pourraient être appliquées dans la rivière Sainte-Claire », a ajouté Ted Yuzyk, coprésident canadien du GEIGLA.

 

La diffusion du rapport d’étape survient deux semaines à peine après l’approbation, par la Commission mixte internationale, du projet d’accélérer l’Étude de manière à ce qu’un rapport soit publié et à ce que des recommandations soient formulées un an avant la date prévue. Le rapport d’étape révèle que :

 

  • sept projets de recherche portant sur la rivière Sainte-Claire sont en cours;
  • sept documents de stratégie ou de délimitation de la portée ont été élaborés, dont une stratégie de gestion de l’information;
  • six réunions ou ateliers ont été tenus, dont un forum des modélisateurs qui a porté sur les débits du lac Huron ainsi que sur le régime d’écoulement de la rivière Sainte-Claire et sur les processus de sédimentation qui s’y déroulent;
  • 26 des 30 responsables des groupes spéciaux ou groupes de travail techniques (GTT) ont été nommés et le mandat de 12 GTT a été établi;
  • 19 des 20 membres du Groupe consultatif sur l’intérêt public (GCIP) ont été nommés;
  • le GEIGLA a recommandé l’installation de trois stations hydrométriques pour mesurer les niveaux et les vitesses de l’eau et pour estimer les débits à trois endroits clés situés dans les voies interlacustres, et il a demandé à la CMI de communiquer par écrit avec les gouvernements pour les enjoindre de faciliter l’installation de ces stations et de garantir qu’elles continueront d’être exploitées après la fin de l’Étude;
  • le GEIGLA a également recommandé un modèle d’examen indépendant par des pairs.

 

Le rapport expose les résultats préliminaires des recherches en cours dans la rivière Sainte-Claire, lesquelles ont déjà permis d’obtenir des images vidéo de plus de 50 kilomètres (30 milles) du lit de la rivière. Bien que l’analyse des résultats soit fragmentaire, Bommanna Krishnappan, chercheur à l’Institut national de recherche sur les eaux (Environnement Canada), a déclaré :

 

Toutes ces images vidéo montrent que le lit du cours supérieur de la rivière est entièrement durci et que la surface dure est constituée de graviers grossiers, de cailloux et de galets, la taille des sédiments variant d’environ 4 mm à 250 mm (de 1/16 po à près de 10 po). Le lit d’une rivière durcit lorsque l’eau qui s’écoule érode la fraction fine des sédiments et expose les matériaux grossiers. D’après la capacité de transport des sédiments par l’eau, la surface dure du lit du cours supérieur de la rivière Saint-Claire serait stable. Le lit ne peut donc pas s’éroder. Des dépôts de matériaux fins ont été observés sur les berges de la rivière, là où la contrainte de cisaillement est inférieure à la contrainte de cisaillement critique qui entraîne les  sédiments fins.

 

M. Krishnappan a également examiné les études sédimentaires antérieures de la rivière Sainte-Claire et évalué leurs conclusions sur la base de ces nouvelles images vidéo.

 

Ces études sédimentaires et les images vidéo montrent que le lit de la rivière à la décharge du lac Huron est stable et ne présente aucun signe d’érosion active. Il s’agit de constatations préliminaires; on réalisera d’autres travaux afin de mesurer le transport des sédiments et de mettre au point des modèles de sédimentation qui serviront à vérifier ces hypothèses. On prévoit prendre d’autres images vidéo de la rivière.

 

En plus des images vidéo, d’autres projets de recherche ou activités de collecte et d’évaluation des données dans la rivière Sainte-Claire sont en cours, dont les suivants :

 

  • collecte de nouvelles données bathymétriques;
  • calcul des débits et inférence de la modification de la débitance grâce à la modélisation des rivières Sainte-Claire et Detroit;
  • analyse par SIG (système d’information géographique) des changements fluvio-géomorphiques dans la rivière Sainte-Claire et le lac Sainte-Claire au cours des 130 dernières années à l’aide des données historiques;
  • détermination de l’ajustement isostatique comme facteur influant sur les niveaux d’eau.

 

La publication du prochain rapport semestriel du GEIGLA est prévue pour avril 2008; toutefois, d’autres informations et constatations pourraient être diffusées à mesure que les projets de recherche seront menés à bien. De plus, le GCIP entend tenir des audiences publiques dans les deux pays avant la diffusion de ce rapport. Composé de vingt membres répartis également entre les deux pays, le GCIP a pour fonction de servir de courroie de transmission entre le Groupe d’étude et le public. Ses membres représentent divers intérêts : processus littoraux, écosystèmes, énergie hydroélectrique, navigation commerciale, utilisations municipales et industrielles de l’eau, navigation de plaisance et tourisme.

 

-30-